Articles

Immersion dans la vie d’une contrôleuse de gestion

Business woman

La plupart des étudiants sont aujourd’hui en pleine recherche de stage. Il est difficile pour certains d’en trouver, les offres ne coïncident pas toujours avec nos envies, nos besoins ou nos disponibilités. 

Nous avons interviewé une ancienne étudiante de Toulouse School of Management, Lucie, aujourd’hui sortie des études, elle est diplômée depuis 2012. 

Elle a eu la gentillesse de nous faire part de son insertion professionnelle, de son expérience dans la recherche de stage et d’offres d’emploi. Nous vous présentons dans cet article un retour sur son expérience et sur son parcours post-école. 

– Bonjour Lucie, pourriez-vous vous présenter en quelques mots ?

“ Je suis Lucie EVRAD, je vais avoir 30 ans cette année et je suis contrôleuse de gestion depuis 2012. Mon parcours universitaire : DUT GEA (option Finance) ; licence en Comptabilité-Contrôle à l’IAE ; 1 année en Angleterre en Erasmus ; Master 2 spécialité Contrôle de gestion/ Audit à l’IAE Toulouse (aujourd’hui Toulouse School of Management, ndlr).

Ensuite, j’ai fait un stage de 6 mois chez Airbus Central Entity (Controlling Engineering), puis 2 années de Volontariat International en Entreprise à Brème en Allemagne (Airbus Controlling Engineering Structure). 

De 2014 à 2018, j’ai travaillé en tant que contrôleur de gestion chez Continental Automotive France et en 2019, je suis revenue chez Airbus SAS (Controlling Digital Customer Services). ”

– Comment avez-vous trouvé votre premier stage ? Votre premier emploi ?

“ J’ai trouvé mon premier stage grâce à mon professeur référent de Master 2 qui m’a mise en contact avec une ancienne étudiante de TSM. Suite à mon stage, j’ai trouvé mon VIE (Volontariat International  en Entreprise) au sein du même département. “


– Que pensez-vous des entretiens que vous avez alors passé pour ces stages / emplois ? Et quelles compétences les recruteurs recherchent-ils à travers ces entretiens ?

“ Lors des stages et premiers jobs, je pense que les recruteurs attendent de rencontrer surtout des personnes motivées, avec un plus si les études sont spécialisées dans la fonction du poste. Quand ce sont les premiers postes, il est difficile de vendre ses compétences mais il faut peut-être mettre en avant des projets mis en place à l’école. Par exemple, un devoir collectif à rendre sur Excel avec certaines fonctionnalités, et ce que ça t’a apporté. Cela prouve ta capacité à travailler en groupe, tes compétences sur Excel et ton aisance à l’oral. Ou bien si tu as été à l’étranger et que tu parles une autre langue… 


– Durant votre recherche d’emploi, combien de candidatures avez-vous envoyé en moyenne et combien d’entretiens avez-vous obtenu ?

“ Lors de ma recherche d’emploi avant d’intégrer Continental j’ai dû envoyer une vingtaine de candidatures et passer 5 ou 6 entretiens. “


– Quel conseils donneriez-vous à des étudiants en fin de cursus universitaire et en pleine insertion professionnelle ? 

“ En fin de cursus, il faut bien choisir le secteur d’activité dans lequel on veut commencer sa carrière. Je me suis orientée vers l’industrie parce que selon moi c’est le plus formateur. Ça n’empêche pas que tu puisses te reconvertir plus tard. 

Surtout montrer une certaine motivation lors des entretiens, être dynamique et faire jouer son réseau (ou celui des parents). Aussi, n’hésite pas à te créer un compte LinkedIn, à mettre à jour ton profil, et à rester active (par exemple poster ton CV en ligne). Regarder régulièrement les sites internet avec offres de stage et activer le réseau des anciens étudiants de l’école (alumnis) peut aider. ”

Un grand merci à Lucie EVRAD de nous avoir accordé cette interview. 

 

Alors, comment s’insérer professionnellement ?

  • Tentez au-delà de vos attentes. Lorsqu’il s’agit de trouver des stages (ou bien des contrats d’alternance), il ne faut pas se limiter, tentez votre chance, partout. Évidemment en premier lieu, ciblez les entreprises qui vous font rêver, mais aussi celles auxquelles vous ne pensez pas spontanément. Qui sait? votre candidature sera peut être relayée dans un autre service. 
  • Ne sous-estimez pas le pouvoir du réseau. Comme Lucie, le réseau alumni de votre école s’avère parfois très fructueux. Souvent les entreprises favorisent les élèves ressortant des mêmes formations que leurs anciens stagiaires!
  • Envoyez des candidatures spontanées.  Un travail peut se faire au niveau des relations, demandez d’être redirigé vers le service RH lorsque vous contactez l’entreprise que vous visez. Les offres de stages ne sont pas systématiquement affichées, ayez du culot et favorisez le contact direct. 
  • Déterminez votre projet avec précision. Avec votre expérience et vos connaissances, votre projet professionnel est censé prendre forme plus vous avancez dans vos études ou lorsque vous êtes diplômé. Mettez en rapport ce que vous savez faire et quels sont les besoins d’aujourd’hui et de demain. 
  • Intéressez vous à la manière dont les stagiaires sont “traités” dans l’entreprise que vous visez. Combien sont-ils, quelles tâches produisent-il, quel est le pourcentage d’insertion professionnelle après le stage…
  • Soyez réactif. Si ce n’est pas déjà le cas, vérifiez minimum une fois par jour vos emails, votre compte LinkedIn. Quel dommage de passer à côté d’une offre juste parce qu’un(e) autre a été plus rapide que vous.

 

Si vous êtes en recherche d’un emploi et que LinkedIn ne vous aide pas, voici d’autres sites qui pourraient vous être utiles :

 

 

 

Laisser un commentaire